19 juillet 2011

ma rupture avec Pascal (notes d'un journal intime)

je mets en ligne ce que j'écrivais sur mon carnet (abandonné depuis) au moment de ma rupture avec Pascal en juillet dernier...

 

07-08-2010 Centre Médical de Ste Feyre (Creuse)

j'ai quitté Pascal. il est arrivé dimanche dernier et compait rester deux semaines. dès lundi on se disputait car il trouvait que ma glacière faisait beaucoup de bruit et m'a fait tout un speach avant de la mettre dans la salle de bain. il aurait pu se passer du speach et de sa mauvaise foi et la mettre directement dans la salle de bain. dès le mardi sa présence me pesait. il m'aime et moi je ne l'aime plus. je m'efforçais d'être avec lui pour ne pas le blesser mais ça me pesait trop. du coup ça a fusé ! et il est parti hier matin. mes vacances à Damgan (Bretagne) sont donc annulées et je reste ici jusqu'au 18 septembre. ironie du sort, les aides soignantes, adorables, m'ont apporté une table de nuit qui fait glacière pour éviter que ma glacière tourne deux mois! Pascal voulait m'aider, rendre tout ça plus léger mais je ne supportais plus toutes ses manies même si je comprends pourquoi elles sont là. il est trop psychorigide pour moi. quand il est là, je n'arrive plus à écrire, je ne me sens pas libre. il est timide et on s'enfermait à deux à table alors que j'aime discuter. aussi, le mardi, je recevais enfin une lettre de la tortue de feu... je fais un méga transfert amoureux et ne pouvais lui répondre quand Pascal était là. pourtant il ne regarde pas mon courrier et de toute façon ne s'intéresse pas à ce que j'écris quand la tortue de feu, si...

la tortue de feu est publié, en couple depuis 20 ans et père de deux enfants. je revois le couple que formaient mes parents, il me console comme s'il remplaçait mon père. bref, il a, est, ce que j'aurais aimé que notre couple à Pascal et moi devienne... aussi le poète que j'aimerais devenir. la mère que j'aurais voulu être, mon père qui me manque. quand Pascal a rompu avec une partie de sa famille (dont sa mère) il est sans attache, donc tous ses sentiments allaient vers moi et c'était trop lourd pour moi. 

je n'ai pas encore écrit à la tortue de feucar je ne sais pas comment que je vais lui dire que j'ai quitté Pascal. je ne veux pas qu'il pense que ce soit à cause de lui, car il sait que je suis tombée amoureuse de lui, mais il est en couple et le concret avec lui est impensable. je préfère idéaliser et rester avec ma solitude peuplée.

***

08-08-2010 ste feyre (creuse)

finalement avec Pascal on se donne jusqu'en décembre pour que je me retourne et réfléchisse car je ne sais où j'en suis. c'est un  problème de lien, et de lien à ma mère, trop fort. le fait que je sois amoureuse de la tortue de feu n'a rien à voir et je n'en parle pas, c'est surtout un transfert. car je me rends compte que je reste attachée à Pascal et que je dois accepter le concret. je suis trop dans l'idéalisation. j'ai peur de redevenir femme. je m'interdis d'être femme car être femme c'est aussi être mère. je sais bien que non mais le fait est que je suis bloquée de ne pouvoir devenir mère et je préfère rester enfant. d'où ce lien à ma mère ? pourtant je peux enfanter un livre, être mère autrement...

et le père ?

ce matin j'ai fait la grasse matinée et j'ai pleuré en écoutant "t'en va pas" d'Elsa "papa si tu m'aimes t'en va pas, t'en va pas au bout d'la nuit. nuit, nuit tu me fais peur, nuit tu n'en finis pas, comme un voleur, il est parti sans moi." et peut-être aussi est-ce un problème de mon père trop absent, qui ne veut pas s'embarrasser du concret, mais je le reçois en pleine gueule ce concret, et du coup j'en veux à Pascal, je ne comprends pas qu'il ne soit pas parti. je fais tout pour qu'il parte et il ne s'en va pas...

19-08-2010

encore un mois ici mais heureusement que j'y suis, ça m'a donné la force de quitter Pascal définitivement hier. par SMS puisqu'on ne s'appelait déjà plus depuis notre dispute. je me sentais mal, lourde. et là je rediens légère. c'était la décision à prendre. je ne nous voyais pas continuer ainsi. je crois que ma discussion lundi avec la psy m'a aidée à décider, tant j'étais en pleurs avec elle.

reçu aussi une lettre de la tortue de feu avec des haïkus d'enfants. j'écrirai plus tard...

***

28-08-2010

aujourd'hui j'aurais dû être en route pour la bretagne et revoir mon chat. mais voilà, j'ai dit NON à Pascal et j'ai bien fait! ici il y a déjà une dame toute seule qui aimerait partir en vacances avec  moi. les gens ont envie de m'aider. je ne suis pas souvent seule. et ici quand je suis triste il y a toujours quelqu'un pour me consoler. ne serait-ce pas un être consolateur que je recherche ? la tortue de feu, mon père, quelqu'un que je ne connais pas encore ? mon chat aussi me console à sa façon. il sent quand je  suis triste ou pas bien. avant c'était Christophe mon consolateur absolu. il le reste toujours à sa façon, mais avec son travail il a moins de temps et la Poésie , ne peut-elle pas être la source consolatrice ?

***

2-09-2010

Pascal a répondu  à ma carte par un SMS auquel je n'ai pas répondu. la psy m'ayant fait remarquer que je devais assumer mes paroles, donc ce silence que j'impose et que lui cherche à briser. là il me dit qu'il comprend et me reverra dans 6 mois mais j'ai peur qu'il mette ces 6 mois entre parenthèse et cherche à me récupérer ensuite, à se dire que je flancherai. je dois trouver une solution et lui dire qu'on ne se verra que dans les réunions de l'association par exemple. car je ne veux pas pousuivre avec une amitié qui sera forcément ambigüe...

1 heure plus tard : voilà j'ai envoyé un SMS à Pascal lui disant que je ne voulais plus le revoir et que dès maintenant je ne répondrai plsu à aucun de ses messages. je les supprimerai avant de les lire. 

je trouve que je romps de la même façon qu'avec Natacha et Alexandrine. au bout d'un moment je ne supporte plus, et je tourne la page. et ici je la tourne aussi! faut que j'écrive à Christophe!

***

le 17-09-201 (Ste Feye - dernier jour!)

 

je rentre demain! ouf! je serai restée deux mois et demi ici! c'est beaucoup mais il le fallait.  le gros des travaux a été fini seulement avant-hier. une fois rentrée, faudra faire des achats pour ma chambre. on sera dans les cartons jusqu'au cou mais on va ranger peu à peu. j'ai pu stopper SMS et lettres à Pascal. la rupture est consommée. la psy m'aura bien aidée. il va falloir en trouver une aux Ulis. maintenant que je peux sortir avec le fauteuil électrique, ça pourra se faire. Pas trop envie, hâte rentrer, retrouver mon chat, voir, vivre ma nouvelle vie.

Posté par clochelune à 18:41 - Commentaires [5] - Permalien [#]


Commentaires sur ma rupture avec Pascal (notes d'un journal intime)

    Doutes... Choix...

    Chère Juliette
    même si ce n'est pas facile, au-delà des doutes il est bien d'assumer ses choix.

    Bises
    Francis


    Ses doigts hésitants
    tâtonnent tout derrière elle.
    Heurts de trombe d’eau.

    FT

    Un écho au film d'Howard Hawks, « Le grand sommeil », où plane l'aura de ses deux principaux interprètes, Lauren Bacall et Humphrey Bogart.

    article « Sensualité » http://0z.fr/rlqhR

    Posté par Francis Tugayé, 20 juillet 2011 à 00:02 | | Répondre
  • très proche

    oui, je me sens très proche de toi quand je lis ca....surtout aujourd hui, jour de doute (pourquoi pas hier ? en tout cas, j espère pas demain!)...
    je n arrive pas à trouver le chemin....il doit être tout petit, caché derrière des obstacles que je n arrive pas à franchir....pourtant, je crois avancer...
    on se tient la main pour ne pas se perdre ?

    Posté par anne, 20 juillet 2011 à 10:43 | | Répondre
  • Chère Juliette

    Malgré les incertitudes – qui n'en aurait pas ? –, l'important est que tu aies l'impression d'être objective avec toi-même, d'être en accord avec tes ressentis. Ensuite les choses viennent d'elles-mêmes. Au gré du vent...

    Respire l'oxygène.
    Imagine que les sons viennent d'ailleurs.

    Sans trop le provoquer, entretien ton espoir...


    Bises
    Francis
    un ami qui te tient la main


    Il y tant de gens dans le monde qui espèrent...


    Pouces et index
    se réunissent en cœur.
    Ruban verdoyant.


    Afghane en burqa –
    ses yeux à travers la treille
    voient un ciel d'azur.


    article « Vicissitudes » http://0z.fr/Xzg4r

    Posté par Francis Tugayé, 20 juillet 2011 à 12:31 | | Répondre
  • Comme il est étrange, Liette, de t'écrire alors que l'on vient de me dire que tu étais partie pour longtemps. J'ai cherché aussitôt les messages échangés avec toi, j'ai relu qqs pages du web, survolées (oui, pour que le temps ne me joue pas un vilain tour), revues, pages et photos qui m'avaient introduite, de si loin, dans ton intimité, comme toi dans la mienne, ta famille autour de toi, des amis inconnus évoqués ...
    Et maintenant le vide se creuse plus profond en moi, et ce qui était recherche de ta vie me laisse au bord d'un gouffre, avec toutes ces questions sans réponse que nous connaissons bien.

    Schubert-chat, Pascal, ta vie dans l'ancien appartement, et d'autres changements et ruptures intimes que l'on entrevoyait ou devinait ou connaissait, autant de fils qui n'étaient plus là pour retenir le fragile esquif d'un coeur. Et ce coeur, trop fragile aussi pour tracer d'autres sillons, Il lui fallait des voies de lumière. Peut-être celles des petites Etoiles. Je veux croire, oh si fort, qu'elles t'ont retrouvée.

    Posté par Lilas-Chris, 22 juillet 2011 à 22:45 | | Répondre
  • “tchin-tchin”, Liette


    Un anneau de gel
    sur chaque nœud de bambou
    – cliquetis des liges.


    tu nous as tant offert,
    tu es encore là, tu vibres...


    Francis

    Posté par Francis Tugayé, 23 juillet 2011 à 12:27 | | Répondre
Nouveau commentaire